Humeurs baladeuses
4 extraits du discours d’Obama

Les 4 extraits-forts du premier discours de Barack Obama réélu.

Les premiers mots :

À propos de Mitt Romney :

Son projet pour l’Amérique :

Un message d’espoir :

"Vous avez tous votre chance" :

CHG

Barack Obama ouvre une autre ère

Cette victoire de Barack Obama pas aussi nette que celle de 2008, mais qu’importe. Seule la victoire compte, comme le dirait tout entraîneur d’une équipe de football. Ce sera en outre le dernier mandat pour Barack Obama, comme le veut la constitution des Etats-Unis. Aucune pression électorale ne pèsera désormais sur ses épaules.

Dans son discours, Barack Obama a tenu à saluer son adversaire malheureux, Mitt Romney.


<object width=”425” height=”344”><param name=”movie” value=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=190.04&end=217.72&cid=684230”></param><embed src=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=190.04&end=217.72&cid=684230” type=”application/x-shockwave-flash” allowfullscreen=”true” width=”425” height=”344”></embed></object>

Même l’élection achevée, Barack Obama a eu du mal à se défaire de son costume de candidat. Il a défendu une nouvelle fois sa politique après quatre années passées à la Maison Blanche.

<object width=”425” height=”344”><param name=”movie” value=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=769.4&end=802.61&cid=684277”></param><embed src=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=769.4&end=802.61&cid=684277” type=”application/x-shockwave-flash” allowfullscreen=”true” width=”425” height=”344”></embed></object>

Il a aussi esquissé les contours de sa politique pour les années à venir (pas sûr que ce soit le bon lien, j’ai tout perdu à cause d’une erreur de connexion) :

<object width=”425” height=”344”><param name=”movie” value=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=769.4&end=800.76&cid=684304”></param><embed src=”http://swf.tubechop.com/tubechop.swf?vurl=39FJN-slzLY&start=769.4&end=800.76&cid=684304” type=”application/x-shockwave-flash” allowfullscreen=”true” width=”425” height=”344”></embed></object>

Pierre Wolf-Mandroux

Fin de partie à l’UMP

Après 24 heures de suspense, Jean-François Copé a été désigné nouveau président de l’UMP par la commission d’organisation des élections de l’UMP. L’ancien secrétaire général du parti l’a emporté avec 98 voix d’avance. Immédiatement après l’annonce de ces résultats, vers 22h45, le député-maire de Meaux a pris la parole. Il considère ce moment politique comme une avancée pour son parti.

<iframe width=”100%” height=”166” scrolling=”no” frameborder=”no” src=”http://w.soundcloud.com/player/?url=http%3A%2F%2Fapi.soundcloud.com%2Ftracks%2F68153256&show_artwork=true”></iframe>

François Fillon, longtemps présenté comme le favori de cette élection, a pris acte du résultat de l’élection. Mais il a dénoncé certains agissements du camp adverse. L’élection aurait été marquée par des fraudes dans plusieurs circonscriptions

<iframe width=”100%” height=”166” scrolling=”no” frameborder=”no” src=”http://w.soundcloud.com/player/?url=http%3A%2F%2Fapi.soundcloud.com%2Ftracks%2F68153877%3Fsecret_token%3Ds-96xqK&show_artwork=true&secret_url=true”></iframe>

Jean-François Copé a proposé la vice-présidence à son adversaire François Fillon, qui a décliné.

L’UMP ne parle toujours pas d’une seule voix

Hier soir, la COCOE a officialisé la victoire de Jean-François Copé à l’élection de la présidence de l’UMP. Tout juste élu avec seulement 98 voix d’écart, Jean-François Copé s’est exprimé devant ses soutiens. Il en a profité pour tendre à la main à son rival malheureux, François Fillon. Autre son de cloche chez François Fillon pour qui les tensions de la campagne ont entraîné une division au sein du parti.

La fin d
Election, piège à Fillon

Hier, Jean-François Copé a finalement été déclaré vainqueur de l’élection à la présidence de l’UMP, face à François Fillon. Une victoire aussitôt commentée par le nouveau président de l’opposition, qui appelle au rassemblement.

D’après la commission électorale, Copé l’emporte avec 98 voix d’avance. L’ancien premier ministre était pourtant donné largement vainqueur par tous les sondages depuis plusieurs mois. 

Le vote aurait été entâché de fraudes dans plusieurs circonscriptions, notamment dans les Hauts-de-Seine et les Alpes-Maritimes.

Cela n’empêche pas Copé d’afficher l’unité de son équipe.

Simon Leplâtre

Copé prend une option pour 2017

La victoire de Jean-François Copé à la tête de l’UMP à la suite d’une élection des militants restera dans l’histoire du parti comme une première ratée. Il a fallut une journée entière à la commission interne à l’UMP chargée de vérifier les résultats, la Cocoe, pour annoncer les résultats définitifs : 50,03 % pour Copé, contre 49,97 % à François Fillon. Seules 98 voix séparent les deux postulants.

Il est peu étonnant que Fillon n’ait digéré qu’avec peine cette défaite très serrée. Hier, dans son discours de perdant, François Fillon est apparu hébété et furieux. Il a préféré fustiger les “fractures” qui traversaient l’UMP plutôt que féliciter le vainqueur :

Jean-François Copé, lui, a appelé à l’unité et à tenu à remercier les militants acquis à sa cause.

Lors de son discours, Jean-François Copé était entouré de ses plus fidèles lieutenants, que voici :

Le nouveau président de l’UMP Jean-François Copé se retrouve désormais en position de force pour la prochaine élection présidentielle de 2017. Il espère marcher dans les pas de Nicolas Sarkozy, vainqueur de l’élection en 2007 alors qu’il était à la tête du parti. Mais il porte désormais la lourde responsabilité de garantir la cohésion d’un parti qui ne l’a choisi qu’à contrecœur.

Pierre Wolf-Mandroux

Copé/Fillon : la battle post-électorale

Après plusieurs heures de suspense, l’UMP a (enfin) trouvé son vainqueur, à l’arrachée. La commission de contrôle interne de l’UMP a officiellement déclaré hier Jean-François Copé vainqueur avec 50,03%, des suffrages soit 98 seulement voix d’avance. Après l’ambiance far west de la campagne, l’heure n’est pas encore à l’apaisement dans les deux camps. Jusque dans leur discours de victoire - ou de défaite - les chefs de file et leurs porte-flingues s’affrontent.

Côté Copé, le discours se fait mesuré : il a notamment appelé François Fillon à devenir vice-président. “Mes mains et mes bras sont grand ouverts (…) Je n’ai ni amertume ni rancoeur. Ce qui nous rassemble est infiniment supérieur à ce qui nous divise” a-t-il déclaré, à l’annonce de sa victoire. Au micro de RTL, le tout nouveau dirigeant de droite se refuse à commenter les propos de son ex-adversaire.

Ecoutez les deux déclarations de François Fillon et Jean-François Copé :

stippled-photo

Dans un discours rapide et laconique, François Fillon a, lui, critiqué les “méthodes déployées” lors de cette élection et fustigé “une fracture politique et morale” à l’UMP. François Fillon qui s’assurait déjà une victoire a dû reconnaître sa défaite.

Duel Copé-Fillon : premières déclarations post-élection

Il aura fallu près de 28 heures à la Cocoe (commission électorale de l’UMP) pour annoncer  le nom de leur nouveau président du mouvement. Jean-François Copé, élu avec 98 voix d’avance, appelle aussitôt à “l’unité” :

Quelques minutes plus tard, à 23h30, François Fillon reconnaît sa défaite, sans pour autant féliciter son adversaire :

L’équipe de Copé 

À l&#8217;angle du bld Pasteur / rue Lecourbe (Taken with instagram)

À l’angle du bld Pasteur / rue Lecourbe (Taken with instagram)